„Les hommes ont rarement la force d'être durablement singuliers.”

Source et d'autres citations

Rhinocéros

En 1957, Eugène Ionesco publie la nouvelle "Rhinocéros" dans la revue littéraire "Les lettres nouvelles". Un an plus tard, le dramaturge a écrit une pièce du même nom sur cette base, qui a été créée le 6 novembre 1959 à Düsseldorf. "Rhinocéros" s'est imposé au fil du temps, et surtout dans la rétrospective d'aujourd'hui, comme l'œuvre centrale et peut-être la plus importante d'Eugène Ionesco. Cet œuvre fait toujours partie du programme scolaire d'aujourd'hui et il est joué encore et encore - dans le monde entier. D'autre part, il faut constater que "Rhinocéros" est encore souvent mécompris aujourd'hui. Examinons donc de plus près ce travail.

La nouvelle

Dans le roman, le narrateur et son ami Jean voient un rhinocéros en ville. Ils discutent et argumentent un peu sur les raisons de l'animal dans la ville et les dangers possibles. On doit faire quelque chose? Très vite cela devient plus grave: le premier chat est écrasé. De folles discussions surgissent dans la ville. Certaines personnes ont peur, d'autres ne le prennent pas au sérieux. Jusqu'à ce que le premier cas d'une métamorphose devienne apparent. Et bientôt l'ami Jean sera aussi un rhinocéros. Des rapports sur de nouvelles transformations circulent. Toute la ville semble se transformer. Au final, seul le narrateur n'est pas encore un rhinocéros. Il se regarde dans le miroir et a presque envie de devenir aussi un rhinocéros. Parce que se tenir là seul, si complètement différent, cela faisait de lui une bête. Il a honte. Mais il ne peut toujours pas. Il ne peut pas se transformer.

La pièce de théâtre

Eugène Ionesco a écrit la pièce "Rhinocéros" en 1958 en trois actes. Alors que la nouvelle n'a qu'une vingtaine de pages, le drame est environ six fois plus long. En gros, rien n'a changé en termes de contenu. Les rhinocéros conquièrent progressivement toute la ville. La fin est un monologue assez long du protagoniste Bérenger, c'est-à-dire le narrateur de la nouvelle, dans laquelle il hésite à se transformer. Il décide de rester humain. Contrairement à la nouvelle, sa femme Daisy ne disparaît pas du jour au lendemain. Dans la pièce, elle est de plus en plus bienveillante envers les rhinocéros. Pendant que les rhinocéros barissent pour Bérenger, ils chantent pour Daisy. La divergence d'opinion les divise. Du coup, Bérenger est enfin seul. Lorsque Bérenger commence  son très long monologue final de la pièce, Daisy a disparu et le lecteur doit supposer qu'elle aussi deviendra un rhinocéros.

Signifiance, arrière-plan et contresens

Au fil des années que cette pièce de la plume d'Ioneso a été dans nos bibliothèques et jouée sur nos scènes, certaines déclarations et interprétations restent dans notre mémoire, qui peuvent être attribuées à un malentendu - parfois peut-être délibéré. Eugène Ionescos n'a écrit aucune pièce contre la gauche, contre la droite, contre le parti A, contre le parti B, etc. Son monde n'était pas étroit d'esprit. Des questions fondamentales l'ont ému. Les thèmes de sa pièce pourraient être retenus très brièvement : l'humanité, le conformisme, mais le conformisme se nourrit toujours d'un manque d'humanité. La question centrale est donc l'humanité ou le revers de la médaille : la déshumanisation.

Au Nouvel Obervateur du 25 décembre 1982, dans une interview intitulée "Ionesco entre deux chaises", il répond au commentaire qu'il aurait la réputation d'être hostile au socialisme:

Je n'ai jamais été hostile qu'à la bêtise et à la violation des droits de l'homme.

Il ajoute également que cela trouve son origine un peu plus loin dans sa biographie. Il continue:

"Quand, à l'âge de de treize ans, je suis retourné vivre en Roumanie, mon premier contact avec la réalité politique, ce fut le spectacle d'un officier du roi Carol giflant un paysan qui n'avait pas ôté son bonnet devant le drapeau du pays. J'en ai conçu une haine sans appel, une méfiance instinctive à l'endroit de tous les drapeaux. Ensuite, j'ai vécu de près la montèe du nazisme; j'ai vu les jeunes gens de mon âge s'enrôler dans la Garde de Fer avec inconscience et volupté. Ils jetaient les ètudiants juif par les fenêtres de la faculté de médicine; dans la rue, ils obligeaient ceux qui avaient un grand nez à baisser leur pantalon pour voir s'ils étaient circoncis. Dans ma propre famille, on battait les domestiques, et combien de fois n'ai-je pas vu mon père gifler la bonne qui le servait... Alors, si vous voulez que l'on parle de mes convictions politiques, il faut commencer par là.

C'est de ce zoo que sort mon "Rhinocéros".

Les mots qui suivent sont également très précieux pour comprendre les origines de l'œuvre:

"Et c'est dans cette Roumanie d'avant-guerre que j'ai appris comment les hommes devenaient des brutes. Certains de mes amis, par exemple, étaient contre la Garde de Fer, contre le nazisme, mais ils se laissaient infecter sans même s'en rendre compte, et ça commençait ainsi: 'Vous avez raison', disait l'un d'entre eux, 'la Garde de Fer, le nazisme, c'est abject...' Mais un jour il ajouta: 'Cela dit, les juifs exagèrent. N'ont ils pas mis la main sur tout le commerce roumain?' Et à partir de là, je le savais perdu; je savais que, peu à peu, il deviendrait Rhinocéros et que tous les slogans de la Garde de Fer deviendraient les siens. Ça s'est toujours passé ainsi. Ça se passe toujours ainsi.

Et dans la même conversation Eugène Ionesco donne également une explication de la fin de "Rhinocéros":

"En Roumanie, à cette èpoque, j'ai réalisé que la barbarie ètait toujours une machine cohérente. Comprenez-moi: tout le monde devenait nazi, les intellectuels, les professeurs, les journaux, les gens dans la rue... Il y avait une nouvelle science, une nouvelle biologie, une nouvelle économie politique, une nouvelle morale, et je me disais: 'Tout de même, comment pourrais-je avoir raison contre tout le monde?' J'ai cru devenir fou... Quand je me suis enfui vers la France et que j'ai rencontré des individus aussi 'fous' que mois, mon angoisse s'est apaisée. Mais si j'étais resté là-bas, j'étais perdu, c'est sûr. C'est la raison pour laquelle, à la fin du 'Rhinocéros', mon personnage se lamente en disant: 'Je voudrais bien être comme eux...' Oui, c'est cela: la ruse suprême des délires collectifs, c'est qu'ils vous persuadent que l'anormal n'est que celui qui refuse le délire des autres, qui essaie vainement d'y résister. On ne comprendra jamais rien aux mécanismes totalitaires si l'on ne part pas de là:

les hommes ont rarement la force d'être durablement singuliers.